Histoire

L’entreprise LAUGEOIS a été créée en 1890 à MEZIDON. A cette époque l’activité de l’entreprise se définissait ainsi : Entreprise de travaux publics, matériaux de construction, société de montage de chaudières, machines à vapeur, cheminées d’usines. Les clients étaient des particuliers ou des collectivités publiques et privées comme : la ville de Lisieux, les manufacturiers (Lisieux était alors un centre important de l’industrie de transformation du lin), les congrégations religieuses, ...

Georges Laugeois ouvre dès le début des années 1900 une succursale à Lisieux : 12, place Fournet. L’activité avait quelque peu évolué puisque l'entreprise possédait également une carrière à moëllons ainsi q'une scierie mécanique et pratiquait le négoce des bois du Nord et de Pays. Les activités liées au bois sont d’ailleurs à l’origine de la création de la menuiserie.

L’activité de ce début de siècle est florissante. La flotte hippomobile de l’entreprise était alors composée de 35 chevaux qui tiraient tous les matins, dès 5 heures des banneaux chargés de matériaux.

Avec la première guerre mondiale, l’activité se mît en sommeil. Dès la fin du conflit, Monsieur Georges LAUGEOIS, redéveloppa l’entreprise mais, victime d’un accident de la route, il décède en 1926, après avoir dirigé l’entreprise durant 36 ans.

Son fils Edouard LAUGEOIS lui succède. En 1933 il réalisa la construction de l’immeuble de type « Art Déco » marquant l’entrée de l’entreprise Place Fournet. L’immeuble est d’ailleurs toujours là avec la plaque de marbre gravée au-dessus du porche. Il entreprend parallèlement la modernisation de l’entreprise jusqu’en 1939 où il fût alors mobilisé et absent de l’entreprise jusqu’en 1942.

Dès 1944, l’entreprise LAUGEOIS prit un nouveau départ. La reconstruction de Lisieux démarra activement dès 1952 et l’entreprise y participa grandement en construisant des immeubles, voire des quartiers entiers, de nombreux ponts SNCF et tunnels tant sur la ligne Paris – Cherbourg que sur celle (aujourd’hui disparue, reliant Pont L’Evêque à Honfleur) et nombreuses usines.

Dans les années 60, l’entreprise, qui compte quelque 150 employés et continue de participer activement à la reconstruction de la ville avec notamment la création d’un nouveau quartier : Hauteville, construisant alors des groupes scolaires, des gymnases, etc… L’entreprise participe également aux travaux de finition de la basilique, d’ailleurs les derniers compagnons, tailleurs de pierre, ayant travaillé à la construction de la basilique, termineront leur carrière chez LAUGEOIS.

En 1968, après 42 années à la direction de l’entreprise, M. Edouard LAUGEOIS décide de passer la main. C’ est M. Georges PENNEC, directeur à l’époque et ayant effectué toute sa carrière à l’entreprise, qui reprend la direction et crée la SEEL (Société d’Etudes et d’Entreprise Laugeois). L’entreprise prit un nouvel essor. Les chantiers étaient nombreux : la résidence du Parc, l’usine d’incinération de la ville, le C.E.S MICHELET, la restauration du théâtre en 1987, ...

L'entreprise développe alors ses compétences au profit du résidentiel de loisir, notamment sur la Côte Normande : DEAUVILLE, TROUVILLE, HONFLEUR, CABOURG. La SEEL y prend une part active puisque rien que dans les années 85-92 quelque 1500 logements furent réalisés.

 La SEEL réalise en parallèle des chantiers lexoviens importants : la C.C.I., le centre de secours. Sans oublier les clients industriels fidèles à l’entreprise ( WAGON AUTOMOTIVE, AXE, ATOS TOLKIT, KNORR BREMSE, ONDULYS, NESTLE, SARIA, RAYNAUD PROP, …). En 1986, M. PENNEC entreprit la construction d’un nouveau siège social (Boulevard Pompidou à Lisieux) permettant de répondre à l’activité du moment.

 Après avoir effectué toute sa carrière à l'entreprise SEEL, Gérard Legoupil prend la succession de M. Pennec en 1995. Plusieurs changements vont suivre ; l'entreprise devient alors SEEL Laugeois, développement de activités prinicpales (Maçonnerie et Menuiserie) et installation des locaux à Saint Désir. L'entreprise écrit aujourd'hui une nouvelle page avec les femmes et les hommes qui font sa force : SAVOIR FAIRE ET TECHNICITE